Savoir-faire

Quand les arts de la table adoptent l'éco-conception

Allier le beau au responsable

Les objets innovent et se transforment en acteurs du développement durable, multipliant les démarches éco-responsables pour que savoir-faire et art de vivre puissent se conjuguer au futur.

À travers les âges et ses différentes expressions, que ce soit en architecture avec le « Fonctionnalisme » au début du XXe siècle, avec le « Bauhaus » dans les années 20, puis avec le « Design organique » et le « Modernisme » à partir des années 50, le Design a toujours eu pour mission un utilitarisme esthétique. Depuis toujours, les designers et les artisans créateurs ont pour vocation de répondre aux besoins individuels et sociétaux, à travers leurs créations. Depuis une dizaine d’années, ils doivent aussi prendre en compte une nouvelle dimension : l’environnement. À travers sa dimension pédagogique, avant-gardiste et profondément universelle, le design représente une réponse forte aux enjeux environnementaux actuels. De nouveaux matériaux et de nouvelles formes, plus durables, moins énergivores et surtout, plus éco-responsables ont ainsi fait leur apparition.

Les arts de la table sont le fer de lance de cette nouvelle génération de créateurs, pour qui l’éco-conception est une réflexion évidente pour allier le beau au responsable. Audace, créativité et bon sens ont alors toute leur place à table.

Crédit photo : Deshoulières

L’innovation au service de la céramique

L’écoresponsabilité, un engagement environnemental que la maison Deshoulières a déployé et appliqué du choix des matières premières jusqu’à la cuisson. La porcelaine Deshoulières est en effet produite à partir de kaolin, sable, feldspath, argile, craie… sans additif chimique, avant d’être cuite dans des fours à haut rendement et régulation afin de réduire la consommation de gaz. Tous les déchets de production sont enfin traités et recyclés. « Aujourd’hui ignorer ce mouvement de fond de la société c’est se tromper d’époque. Si au départ cela représente un coût d’investir dans le recyclage ou dans la baisse de consommation, une fois les processus maitrisés, cela permet de faire des économies sur le long terme. On ne peut plus produire comme avant, il faut s’inscrire dans son temps » confie Jean-Claude Kergoat, CEO, qui s’est engagé depuis 2011 dans la réalisation de Bilans Carbone complets pour le Groupe Deshoulières.

Toujours à Limoges, où les routes sont fabriquées en partie avec de la porcelaine recyclée, Bernardaud, Haviland ou encore la fabrique de porcelaine de Saint-Junien ont décidé de favoriser l’économie circulaire au niveau local en valorisant leurs rebuts de vaisselle imparfaits pour la création d’un bitume innovant. La maison Haviland, par ailleurs engagée dans une démarche écologique, privilégie les circuits courts en collaborant principalement avec des artisans locaux afin de réduire les transports et minimiser les émissions de gaz à effet de serre, et travaille à des packagings recyclables.

Crédit photo : Air France

Pour transposer le raffinement des arts de la table à la française dans les airs tout en limitant l’impact de ses produits sur l’environnement, Air France a confié au designer catalan Eugeni Quitllet et au créateur français Jean-Marie Massaud le soin de concevoir une ligne de vaisselle éco-conçue, pour les cabines Premium Economy et Economy. En cabine La Première et Business, la confection des éléments en porcelaine, comme les assiettes et les bols, est réalisée, respectivement, par Bernardaud et Degrenne.  Les couverts sont forgés en un mouvement fluide d’or blanc et d’acier par Christofle. Les nouveaux arts de la table Air France ont été pensés pour offrir à tous un service soigné en plein ciel. Verres à vin à pied biseautés, flûtes à champagne, services à thé, bonbonnières, cloches pour le service des plats chauds… Résultat, une collection contemporaine aux lignes épurées qui s’inscrit dans une démarche durable.

Crédit photo : Jean Dubost

Des couteliers éco-responsables

A Thiers, la coutellerie Jean Dubost travaille depuis plusieurs années au développement industriel de nouveaux produits qui s’inscrivent dans une logique de développement durable et d’innovation. En 2009, il est le premier coutelier certifié PEFC (Programm for the Endorsement of Forest Certification), un programme qui garantit une gestion éco-responsable des forêts. Les manches des couteaux Jean Dubost sont en effet fabriqués en bois de chêne provenant d’arbres issus de programmes de gestion durable des forêts qui s’engagent notamment à replanter plus d’arbres que le nombre coupé. Toujours en harmonie avec la nature, la gamme Natura de la coutellerie familiale propose des couteaux de table Laguiole dont la lame en acier inoxydable est 100% recyclable tandis que son manche inédit – issu de la recherche avancée au service de l’environnement – est réalisé à partir d’un bioplastique d’origine végétale à base d’amidon de maïs, ressource renouvelable, ce qui les rend 100% compostables et biodégradables. Cerise sur le gâteau, ils sont emballés dans un coffret en carton 100% recyclé, imprimé à base d’encres végétales naturelles !

 

Crédit photo : André Verdier

Au cœur de la capitale mondiale de la coutellerie, la maison André Verdier défend une production 100% française de haute qualité tout en privilégiant circuits courts et développement durable, elle favorise ainsi des partenaires implantés dans le bassin thiernois afin de limiter l’impact sur l’environnement, tout en pensant à un packaging éco-responsable.

Crédit photo : Forge de Laguiole

Lorsque l’abbaye du Mont Saint-Michel rencontre la coutellerie aveyronnaise, on obtient le dernier né de la coutellerie Forge de Laguiole. Avec un manche réalisé en sable extrait de la baie du Mont-Saint-Michel et aggloméré avec une résine naturelle, ce couteau pliant affiche un design inédit dans l’histoire de la coutellerie et associe ultra-technicité industrielle et savoir-faire artisanal. Utilisé de manière raisonnée, le sable est prélevé en quantité infime dans le cadre d’une autorisation préfectorale, dans des zones fortement ensablées et donc sans aucun impact sur l’environnement. Un joli cadeau pour la coutellerie qui fête son trentième anniversaire.

 

Crédit photo : Coutellerie Nontronnaise

La Coutellerie Nontronnaise dit oui aux tables colorées, d’autant plus lorsqu’elles s’inscrivent dans une démarche de développement durable ! Pour cela, les artisans-couteliers périgourdins ont mis au point une ligne de couverts de table résolument gaie dont les manches sont fabriqués à partir de coton recyclé. Ce matériau composite, obtenu à partir de tissu compressé teinté dans la masse et mélangé avec de la résine, présente l’avantage de proposer des teintes originales, mais également de résister au lave-vaisselle.

Crédit photo : Ostraco

Le verre, matériau éco-friendly par excellence

En Bretagne, l’artiste-chercheuse Lucile Viaud recycle les matières marines pour créer ses propres matériaux. La jeune designer, diplômée de l’École Boulle, a ainsi mis au point un plâtre de mer et toute une palette de verres aux tonalités profondes qu’elle travaille artisanalement afin de donner naissance à des collections pour la maison sous le nom de sa marque Ostraco. Des pièces d’exception dessinées parfois à quatre mains, comme cela a été le cas avec le chef Hugo Roellinger. De cette collaboration est née un duo fiole-assiette en verre marin Glaz destiné à sublimer les saveurs iodées et les parfums d’embrun concoctés par le chef dans ses restaurants Le Coquillage et les Maisons de Bricourt.

 

Crédit photo : Luminarc

100 % éco-friendly, le verre se recycle à l’infini et se présente comme l’une des matières les moins énergivores, d’où l’idée de la collection « Green Table by Luminarc », entièrement fabriquée en verre, pour une table éco-responsable au quotidien. « En nous appuyant sur un bilan écologique interne récent qui confirme que le verre est la matière écologique par excellence, nous avons élaboré une nouvelle ligne Green Table by Luminarc. ». Elle permet aux consommateurs d’acheter consciemment des produits à l’impact environnemental réduit, en privilégiant également le choix d’un produit fabriqué localement et donc moins gourmand en énergie » précise la marque.

 

Crédit photo : Q de bouteilles

Un verre recyclé qui devient tendance entre les mains de Gauthier Decarne, le fondateur de Q de bouteilles pour qui un déchet est avant tout un manque de créativité. Avec la volonté de donner aux « bouteilles vidées de leur vin, mais remplies de souvenirs » une nouvelle vie, les bouteilles collectées sont taillées et façonnées à la main par les artisans verriers pour se métamorphoser en collections de verres de table aux lignes épurées, en vases ou en bougies. Des coffrets de verre qui bénéficient par ailleurs d’un packaging en carton lui aussi recyclé.